skip to Main Content

Comment améliorer les relations humaines

Une étude anglo-saxonne sur « les moments où on se sent le plus heureux dans la vie » a confirmé que les relations humaines étaient le domaine le plus important pour la plupart des gens. Plus de la moitié des « moments de bonheur » que les personnes sondées ont cités concernait leurs activités partagées. Le bonheur dépendrait donc grandement des liens avec les autres.

Une réussite sociale ou financière toute seule, sans pouvoir nouer de bons rapports avec ses proches, ne peut satisfaire entièrement. Mener des relations saines et fructueuses dans la vie est une condition indispensable pour ressentir la plénitude et rester en bonne santé.

Plusieurs méthodes efficaces existent pour améliorer la qualité des relations humaines. Toutefois, pour une vraie transformation des rapports humains, connaître ou reconnaître « la raison » du disfonctionnement est le premier pas à franchir ; ce qui n’est pas évident pour tout le monde…

Je vous présente ici une autre façon de « concevoir » l’ensemble des relations humaines. Elle peut être utile pour changer les idées reçues qui empêchent de reconnaître la vraie raison d’une mauvaise gestion du relationnel. Il suffit simplement de s’en débarrasser pour que les choses aillent beaucoup mieux…

 

« On ne peut pas changer les gens », mais …

Les gens sont inchangeables… Est-ce la raison des mauvaises relations ? Lorsque nous nous discutons sur ce sujet, nous prononçons cette petite phrase quelque peu fataliste sur un ton désabusé : « de toutes façons, on ne peut pas changer les autres ». Certes, c’est une vérité, mais il y a une suite à cette phrase : « On ne peut pas changer les autres, mais on peut changer soi-même ». A partir de maintenant, à chaque fois que vous la citerez, je vous invite à dire la version complète ! En fait, c’est la deuxième partie qui est la clé pour améliorer vos relations humaines.

Il est vrai que les efforts nécessaires pour faire qu’une personne se comporte conformément à nos attentes sont souvent vains. Même si l’on a l’impression d’y arriver, les résultats sont souvent très illusoires. Pourquoi ? Tout simplement parce que vouloir modifier l’autre est la cause de l’échec. Tant qu’on cherchera à changer les autres, on ne fera qu’aggraver le décalage entre eux et soi.

De ce fait, la deuxième partie de la phrase serait une meilleure initiative. Avec les autres, c’est difficile, alors qu’avec soi-même, cela devient « faisable ». Je ne dis pas que c’est facile de changer le soi, bien au contraire. Mais avec quelques efforts c’est plus réalisable que d’intervenir sur les autres. La question est alors de savoir pourquoi il faut changer soi-même pour améliorer ses relations avec les autres. Pourquoi serait-ce nécessaire de « changer un Moi qui essaie d’être toujours bon et de se comporter correctement » ?

« Être bon» ou « se comporter correctement » n’est malheureusement pas suffisant pour assurer des relations harmonieuses ! Cela peut même faire l’effet inverse. « Malgré tout ce que je fais pour lui ou elle, pourquoi dois-je récolter tout ce qu’il ou elle me fait de mal en retour ? » Avez-vous vécu ce genre de situation ? Je suppose que presque tout le monde connaît ce sentiment d’injustice. On devient rapidement victime des autres quand on cherche à les changer. Alors que quand on « décide » de changer soi-même, le regard qu’on a sur les autres devient plus équitable.

 

Ce qui concrétise nos relations actuelles

Notre inconscient transparait dans notre réalité. Ce qui se produit dans la vie est « la mise en forme définitive » des idées inconscientes. Elles se concrétisent au fil du temps à travers les comportements, les paroles et les pensées. Les relations humaines ne sont pas une exception dans ce processus de réalisation des tendances inconscientes. Notre appréhension inconsciente des autres motivent et suscitent progressivement nos réactions et attitudes envers eux. Elles finissent par prendre une forme réelle qui se manifeste dans nos relations humaines.

Bon nombre d’activités biologiques nécessaires pour maintenir le corps en vie, telle que la respiration, s’effectuent dans l’inconscient. Le conscient occupe moins de 10% de l’activité cérébrale, alors que l’inconscient bénéficie de plus que 90%. Dans les zones de l’inconscient, non seulement toutes les expériences vécues depuis la naissance sont enregistrées, mais également la mémoire intra-utérine et toute la connaissance plus ancienne depuis que l’humain s’est développé sur notre planète. Une fois enregistrée dans l’inconscient, la mémoire constitue progressivement la façon de voir les choses, les comportements et les automatismes. Ce processus a lieu dans l’inconscient. Il arrive ainsi souvent que ce que nous pensons « dans le conscient » et « dans l’inconscient » soit en décalage, voir en opposition totale.

Une femme ayant été élevée par des parents qui se disputaient en permanence, souhaite se marier. Son désir conscient n’est peut-être que le reflet de son éducation. Ses expériences malheureuses passées ont construit sa vision du mariage et des rapports conjugaux. Dans son inconscient profond, sa croyance que « le mariage engendre la souffrance et que le célibat est donc une sécurité » occupe une large place. Dans la plupart des cas où le conscient et l’inconscient sont en conflit, ce dernier remporte la victoire. Malgré son souhait de se marier, cette personne s’implique en permanence dans des relations qui l’éloignent de son but. Tout cela parce que sa conviction profonde s’impose toujours à sa pensée consciente.

Changer la réalité telle qu’on la désire, mais sans comprendre ce fonctionnement, demande des efforts considérables et le plus souvent vains. En effet, il est très difficile de faire face à l’inconscient qui est neuf fois plus puissant que le conscient. Si cette femme, mentionnée en exemple dans cet article, continue de mettre en cause l’extérieur plutôt qu’elle-même, en faisant des efforts inutiles pour changer la pensée ou le comportement de son partenaire, les choses ne s’arrangeront pas. En cas de succès éventuel, la relation de couple se dégradera comme les images négatives du mariage qu’elle conserve précieusement dans son inconscient. Elle finira ainsi par être déçue, voire désillusionnée, par sa relation conjugale.

 

La réalité dans le miroir

La réalité vécue est comparable au reflet dans un miroir. Si l’on se voit mal coiffé et que l’on tente de repeigner son reflet dans le miroir, on n’obtiendra aucun résultat. Sans vraiment recoiffer ses cheveux, on ne changera pas son reflet dans le miroir. La même chose se passe dans notre réalité quotidienne. Tant que nos idées intérieures ne changent pas, la réalité qui en est le reflet reste la même.

Comprendre le lien entre le conscient et l’inconscient « raccourcit le chemin » vers le succès et le bien-être relationnel. C’est la clé pour améliorer durablement les rapports humains.

Le sens critique est inhérent à la nature humaine. Certains en font leur métier. Avez-vous remarqué que plus on reproche un comportement à quelqu’un, plus cette personne accentue ce comportement vis-à-vis de vous ? Le monde devient ainsi ce qu’on lui reproche d’être. Pourtant, ce que l’on exprime parfois comme une critique envers l’autre n’est que le « reflet dans le miroir » d’un « défaut » dont on se sent coupable. La critique est donc souvent un transfert sur les autres de ce que l’on reproche inconsciemment à soi-même. Le miroir montre la réalité en accentuant de plus en plus les difficultés relationnelles. Il faut donc arrêter ce jeu. Dès qu’on arrête de les critiquer, tout naturellement « les gens dans le miroir » arrêtent aussi, car ils n’ont plus besoin de confirmer nos croyances. Il n’y a plus de scénario et plus d’acteurs pour jouer des rôles devenus inutiles.

En conclusion, plus les convictions ou croyances sont tenaces, plus il faut de temps et d’effort pour les neutraliser. Tôt ou tard, cependant, on réussira à changer si l’on accepte et comprend que c’est sur soi-même qu’il faut intervenir pour que ce changement soit possible. Comprenons donc que toute critique sur les autres n’est qu’un prétexte pour ne pas changer soi-même.

 

Photo by suc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Simple Share Buttons
Back To Top

Devenez votre propre thérapeute EFT !

Inscrivez-vous et recevez gratuitement votre cadeau !

Inscription Validée !

Je viens de vous envoyer votre cadeau par email.